Selon les traditions anciennes et la vision chamanique, l’être humain fait partie de la grande Toile invisible, dont les fils relient toutes choses entre elles pour former l’Univers. Or, dans notre civilisation, la rationalisation a rompu cette relation et l’homme est coupé de son sens profond. La pratique des rites chamaniques recrée les liens entre les hommes et la Nature, permet de nouveau cet échange que nous avons perdu, et que nous aimerions intuitivement retrouver pour nous sentir en harmonie avec nous-mêmes et le Grand Tout.

(tiré du site de l'école Nature-Conscience-Chamanisme)

Pour vous inscrire à une cérémonie ou prendre rendez-vous pour un soin, suivez les liens dans l'agenda. Ils seront mis à jour régulièrement

(s'il n'y a pas de lien cliquable dans l'agenda, c'est que les inscriptions ne sont pas encore ouvertes).

jeudi 28 juillet 2016

Le message du tambour



Il y a deux jours, je me suis installée dans mon lit avec mes écouteurs bien calés dans les oreilles et le son du tambour de Liliane à fond.
ces derniers temps, j'ai voulu me servir à nouveau du tambour pour moi-même. J'ai fait quelques voyages inattendus, mais souvent après quelques jours à ce régime, je sens un certain vide dans la démarche…

Dans l'expérience du voyage chamanique, il y a l'idée de partir avec une intention, une question bien précise, pour aller chercher des ressources, des Alliés, des éléments de réponses.
Mais dans ma démarche en ce moment, je n'ai pas d'intention particulière. Je ne sais pas quoi demander, et le voyage finit par ne plus m'intéresser d'une certaine manière. En tout cas je n'arrive pas à m'y tenir comme une discipline régulière qui pourrait m'aider sur mon chemin.

Sauf qu'il y a deux jours, j'ai mis le tambour sans intention de partir en voyage, juste avec l'intention de m'en servir pour m'aider à taire un peu mon mental galopant.
Et j'ai trouvé que c'était un excellent exercice.
La méditation est difficile pour moi, parce que la radio dans ma tête est toujours à fond. J'arrive bien quelques fois à baisser le volume, mais je suis souvent frustrée et agacée de l'expérience. Pas apaisée en tout cas.
En utilisant le son du tambour dans le but défini à l'avance de taire mon mental, c'est comme si je remplissais ma tête de bruit et qu'il y avait moins de place pour ma musique personnelle.

J'ai entendu le tonnerre dans le tambour.
Je me suis laissée embarquer dans ce son-là, et mon mental a commencé à lâcher prise.
Oh pas bien longtemps, pas bien franchement, mais j'ai senti que c'était en route.
Et j'ai compris que l'outil "tambour" dans ma vie allait servir à ça pour le moment.

Une petite pièce de mon puzzle a pris sens, finalement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser un petit mot à propos de cet article !